Appuyées parallèlement à la pente, les trois maisons bénéficient d’espaces extérieurs, tantôt une terrasse surélevée dominant le chemin des Brandards tantôt des jardins et patios aménageables dégagés à l’ouest vers la montagne de Boudry.

Un garage souterrain collectif avec local vélo est accessible directement depuis la rue. Chaque villa est reliée à celui-ci par un escalier intérieur. Elles profitent d’une cave et d’un local technique enterrés.

Une zone aménagée le long du chemin des Brandards, sécurise le départ de l’escalier et éloigne la maison sud des passants.

L’architecture se veut moderne et sobre. Les maisons étagées selon l’ancienne structure des murs de vigne délimitent des terrasses successives et disposent chacune d’un accès privatif par l’est via un escalier extérieur entièrement rénové.

Les rez-de-chaussée sont modulables. Les escaliers, toilettes et armoires occupent l’angle nord-est et laisse place à une pièce côté jardin en libérant pour les espaces de séjour et la cuisine l’angle sud-ouest ouvert sur le dégagement.

Le trio propose une échelle en adéquation avec le quartier semi résidentiel.

Cet ensemble est composé de quatre bâtiment :

  • Deux Silos à grains caractérisent le site par leurs hauteurs et
  • Deux autres bâtiments qui abritaient les Moulins à grains proprement dit et les bureaux.

Certains de ces bâtiments sont classés au Patrimoine Suisse.

Historiquement l’activé sur le site remonte à la fin du 19ème siècle, les boulangers de la ville s’y rendaient pour moudre leurs grains et le stocker à proximité. Le site s’est ensuite développé au fil du temps, jusqu’à dans les années 60. Puis les activités ont cessé ces dernières décennies et les silos sont tombés en friche dans les années 90.

Aujourd’hui, cette friche industrielle est reconvertie, des locaux commerciaux et de restauration sont créés aux rez, et des logements sont prévus aux étages . Environ 80 à 90 appartements sont proposés en location.

L’implantation est située le long de la future promenade verte « le Corbusier », une rue à mobilité douce qui traversera le futur quartier « le Corbusier » et qui reliera en quelques minutes à pieds la Gare et les nombreux commerces du centre commercial des Antilles. Cette proximité dont bénéficiera les habitants, rend cette situation très intéressante.

Les Silos datant de 1928 et 1941, accueillent des logements dans un esprit loft modulables et des appartements de 3.5 à 4.5 pc, Des balcons sont prévus pour offrir des surfaces extérieures sans concurrencer les volumes existants.

Les bâtiments sont dégagés du côté sud, beaucoup d’appartement bénéficient d’une belle vue sur la ville, les parcs publics et le magnifique paysage jurassien. La future rue verte, qui passera aux pieds des immeubles accentuera encore ces qualités paysagères.

A l’ouest, le vieux moulin à structure intérieure en bois date de 1896. Il est le bâtiment le plus proche des commerces et recevra des appartements de 2.5 pièces destinés aux personne âgées. Des balcons sont prévus en façade.

Le vieux moulin est accolé à un bâtiment des années 60 qui accueillera des logements et un restaurant au rez.

Ces deux bâtiments seront reliés ensemble par un grand puit de lumière et des espaces communs sont prévus pour favoriser les rencontres et les activités.

Cet immeuble de 11 logements en PPE de 3.5 pc et 4.5 pc, s’implante sur une butte, dans une petite clairière. Situé dans un quartier calme et vert, il est voisin d’une clinique et à proximité du centre-ville. Il profite à l’est d’un dégagement agréable sur le jardin zoologique.

Les fenêtres et balcons font la part belle à l’environnement arborisé. Le projet est caractérisé par des bandeaux de façades horizontaux qui forment les contrecœurs et intègrent les balcons au volume du bâtiment. Ces bandeaux étirent l’immeuble qui semble ainsi déposé sur le site.

Un parking souterrain relie chaque étage directement par une cage d’escalier avec ascenseur

Le projet consiste à la rénovation et la transformation complète de deux immeubles mitoyens en logements actuels.

Le bâtiment Est était initialement affecté au logement. Il retrouve donc sa fonction première. L’intervention respecte les façades et permet de s’approcher de l’image d’origine. Les combles sont habités et l’implantation d’un ascenseur entre les deux immeubles permet de maintenir les cages d’escaliers.

L’objet offre ainsi 11 appartements complétés par 8 logements dans l’esprit loft dans l’ ancienne usine que constituait le bâtiment ouest. Afin de respecter l’image industrielle de l’époque de ce dernier, les balcons sont proscrits et remplacés par des loggias.

Le rez-de-chaussée inférieur se cherche encore une affectation. Sa toiture au sud offre des terrasses au appartements des premiers étages.

C’est donc dans le respect du patrimoine bâti, avec tout le confort d’aujourd’hui que nous redonnons vie à ces bâtiments en les rendant habités.

Cet ensemble de trois bâtiments forme un petit quartier. Les rez-de-chaussée sont réservés aux espaces commerciaux et les étages accueillent des habitations. Un parking souterrain relie chaque étage par un ascenseur.

L’implantation en retrait de la rue de la Charrière permet de délimiter une petite place de rencontre et un espace d’accès sur la rue de la Charrière, pour les différents usagers : piétons, 2 roues, véhicules.

Chaque immeuble accueille une trentaine d’appartements en location. Dans un esprit de mixité intergénérationnelle, le quartier propose des appartements pour les seniors, les familles et les personnes seules.

De grands balcons caractérisent ce projet et permettent d’offrir aux habitants, de généreux espaces extérieurs. De grandes plaques matérialisent le revêtement de la façade ventilée, la géométrie de leur mise en œuvre exprime les étages et les dalles.

Ce projet compte 10 villas urbaines à l’architecture épurée et contemporaine. Situé dans la partie est de la ville, non loin d’une école du cycle secondaire, ces maisons de deux étages, sont assorties les unes des crépis de couleurs différentes, contrastées mais harmonisées dans une gamme de nuances concordantes.

Ce jeux de couleurs, ainsi que la forme des bâtiments, confère une identité commune et homogène à l’ensemble.

Ces maisons disposent chacune d’un espace extérieurs privatif et peuvent accéder à une place de jeu commune. Certaine dispose d’un garage privatif, d’autres de places extérieures ou intérieures dans un parking souterrain.

Situé au centre du village de Marin sur la commune de La Tène, le projet est composé de trois immeubles comprenant 32 logements ainsi qu'un garage collectif de 42 places.

Respectant la géométrie du quartier, les bâtiments profitent d’un ensoleillement optimum et bénéficient de terrasses et balcons. Le terrain, bordé par un chemin piéton à l’ouest est aménagé et inclus une place de jeu. Seul le Nord du site jouxte une rue à faible trafic qui permet l’accès au parking souterrain.

Les volumes sont simples, épurés. Des lucarnes permettent d’offrir des volumes confortables dans les combles. Des façades ventilées composées de panneaux verticaux confèrent à l’ensemble une allure contemporaine et dynamique.